Le 37e Régiment d'Infanterie légère

1813-1814

Accès à la liste des Officiers, cadres d'Etat major, Sous officiers et Soldats du 37e Léger

Avertissement et remerciements : L'idée de cet historique nous est venue suite à un contact avec l'Association pour la Valorisation du Patrimoine Baillargeois (Mairie – 16 Place de la Liberté, 86130 – Saint-Georges-lès-Baillargeaux) dont la Présidente nous a communiqué le fruit de ses recherches sur Louis Armand DUMONTIERS, inhumé à Saint-Georges-lès-Baillargeaux. Nous l'en remercions chaleureusement.

Le 7 février 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Général Clarke, Ministre de la Guerre : "Monsieur le duc de Peltre ... Je viens de créer un 37e régiment d'infanterie légère. Vous pouvez y nommer pour colonel le major du 58e que j'ai fait aujourd'hui colonel ...
Enfin il faut aussi ordonner à chacun de ces régiments de former leur musique
" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 32648).

Le 13 février 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Général Clarke, Duc de Feltre, Ministre de la Guerre, à Paris : "Monsieur le Duc de Feltre, je vous envoie la formation que je crois devoir donner au 1er et au 2e corps d'observation du Rhin. Faites dresser les états de ces corps en conséquence.
Vous me ferez connaître l'époque précise où chaque régiment sera réuni à Mayence, et quand ces corps auront leur artillerie, leurs sapeurs et leurs officiers du génie. Vous y mettrez tous les généraux de division et de brigade et les adjudants commandants.
FORMATION DU 2e CORPS D'OBSERVATION DU RHIN ...
2e division.— Général Bonet : 4 bataillons du 37e léger, 10 bataillons de la marine ; total, 14 bataillons ...
" (Correspondance de Napoléon, t. 24, 19576 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 32752).

Le 16 février 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Général Clarke, Ministre de la Guerre : "Monsieur le duc de Feltre, j'ai créé 24 nouveaux régiments : 22 des cohorte, le régiment de Paris et le 37e d'infanterie légère. Il est nécessaire que ces régiments qui aujourd'hui sont la principale ressource des armées d'Allemagne, aient leur dépôt sur la frontière du Rhin ..." (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 32792).

Le 17 mars 1813, l'Empereur écrit, depuis Trianon, au Général Lacuée, Ministre directeur de l'Administration de la Guerre : "Monsieur le comte de Cessac, le 1er bataillon du 37e d'infanterie légère est déjà organisé à Mayence ; mais il manque d'effets d'habillement. Le 2nd s'organise également. Faites-moi connaître quand l'habillement pour les 4 bataillons de ce régiment sera arrivé à Mayence" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33277).

Le 18 mars 1813, l'Empereur écrit, depuis Trianon, au Maréchal Kellermann, Duc de Valmy, commandant supérieur des 5e, 25e et 26e Divisions militaires, à Mayence : "Mon Cousin, je reçois votre lettre par laquelle vous me faites connaître que vous désireriez pouvoir changer l'organisation des divisions du 2e corps d'observation du Rhin ... la division Bonet peut être prête le 1er avril : rien ne vous empêche de faire marcher cette division la première, toutefois en supposant que le 37e léger est habillé ..." (D'après la minute. Archives de l'Empire. Correspondance de Napoléon, t. 25, 19732 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33297).

Le 19 mars 1813, l'Empereur écrit, depuis Trianon, au Maréchal Kellermann, commandant le Corps d'Observation du Rhin : Mon cousin, je vous envoie un état de l'habillement du 37e régiment. Vous y verrez que du 20 au 30 mars vous aurez de quoi habiller les deux premiers bataillons. Faites-moi connaître si le colonel et le major sont arrivés. Aussitôt que ces deux premiers bataillons auront reçu leurs effets d'habillement, vous les placerez à la 1re division. Dans les premiers jours d'avril, vous serez à même d'y placer également les 3e et 4e bataillons" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33322). A cette date, le Régiment est commandé par le Colonel Forlier.

Le 30 mars 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Général Lacuée, Ministre directeur de l'Administration de la Guerre : "Monsieur le comte de Cessac, je vous prie de donner des ordres pour que l'atelier d'habillement formé pour celui du 37e d'infanterie légère reste organisé et en activité, afin que l'on puisse y faire confectionner celui des différents corps de cavalerie de ma Garde selon les commandes qu'en feront les chefs des corps ..." (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33536).

Le 1er avril 1813, l'Empereur décrète, depuis Paris que "Le sieur Jean-Remy de Puydt, ex-élève du Lycée de Bruxelles, est nommé sous-lieutenant dans le 37e régiment d'infanterie légère" (Chuquet A. : « Ordres et apostilles de Napoléon, 1799-1815 », Paris, 1912, t.4, lettre 5941).

Le 7 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Maréchal Kellermann : "Aussitôt que les deux bataillons du 37e léger seront habillés et armés et auront un nombre suffisant d'officiers, vous les enverrez à la division Bonet, à Fulde" (Chuquet A. : « Inédits napoléoniens », Paris, 1913, t.2, lettre 2235 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33698).

Le même 7 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Maréchal Marmont, commandant le 6e Corps de la Grande Armée : "... Le 37e léger aura également ses sapeurs et sa musique ..." (Correspondance de Napoléon, t. 25, 19822 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33706).

Le 8 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Saint-Cloud, au Général Clarke, Ministre de la Guerre : "Monsieur le Duc de Feltre, je vois par votre lettre du 7 avril que vous envoyez 10600 hommes de la levée des 6 années aux 6 régiments qui sont en Italie. Ne serait-il pas possible de distraire des contingents italiens de la conscription de 1814, qui n’auraient pas encore passé Turin, 4 à 5000 hommes, entre autres tout ce qui vient de Rome, de la Toscane et du Parmesan et de les diriger sur Vérone. Cela ferait qu’il n’y aurait plus que 5 à 6000 hommes des 6 années à y envoyer. On remplacerait les conscrits qui seraient ainsi détournés de leur 1re destination, par un pareil nombre de conscrits des 6 années. Cette opération éviterait des mouvements et accélérerait le complément des corps. Les 22 régiments formés des cohortes, le régiment formé de la Garde de Paris et le 37e d’infanterie légère, ne reçoivent rien de la conscription des 6 années. Il serait bon cependant de leur donner 300 hommes à chacun, ce qui ferait 6000 hommes. L’Italie doit fournir sur la conscription de 1814 un certain nombre d’hommes à la Garde. On pourrait également destiner ces hommes à aller joindre à Vérone les dépôts de l’Armée d’Italie. Les 6000 hommes nécessaires aux 24 régiments formés de cohortes et autres, pourraient être pris ; savoir : 1000 sur les régiments d’Italie, 1000 sur les 28 régiments de la Grande Armée ; 1000 sur les 10 régiments de la 11e division et le reste sur tous les autres. Faites la distribution en conséquence" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33724).

Le 9 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Saint-Cloud, au Maréchal Kellermann, Duc d Valmy, commandant supérieur des 5e, 25e et 26e divisions militaires, à Mayence : "Mon Cousin ... Je vois avec plaisir que les deux premiers bataillons du 37e léger pourront partir avant le 10 ..." (Brotonne (L. de) : « Dernières Lettres inédites de Napoléon 1er, collationnées sur les textes et publiées », Paris, 1903, t. 2, lettre 1970 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33752).

Le 10 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Saint-Cloud, au Maréchal Kellermann, Duc d Valmy, commandant supérieur des 5e, 25e et 26e divisions militaires, à Mayence : "Mon Cousin ... J'espère que vous serez parvenu à faire partir les 4 bataillons du 37e léger" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33780).

Le 14 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Saint-Cloud, au Duc de Feltre : "Monsieur le Duc de Feltre ... Le 37e léger n’a pas assez de 150 hommes ; il faut lui en donner 500" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33858).

Le 14 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Saint-Cloud, au Maréchal Marmont, Duc de Raguse, commandant le 6e Corps de la Grande Armée, à Hanau : "... Je suppose que le 1er et le 2e bataillon du 37e sont en marche pour rejoindre la division Bonet, et que les 3e et 4e bataillons ne tarderont pas ; ce qui, joint aux six bataillons du général Durutte, provisoirement en subsistance dans cette division, en portera le nombre à vingt bataillons. Il faudra en former trois brigades, chacune de six ou sept bataillons" (Correspondance de Napoléon, t. 25, 19863 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 33868).

Le 27 avril 1813, l'Empereur écrit, depuis Erfurt, au Maréchal Marmont, Duc de Raguse, commandant le 6e Corps de la Grande Armée, à Erfurt : "Je viens de prendre dans les 123e et 134e régiments de ligne des capitaines pour les faire chefs de bataillon dans le 37e léger, des lieutenants pour les faire capitaines, des sous-lieutenants pour les faire lieutenants, et des sergents pour les faire sous-lieutenants. Mon décret va vous être envoyé par le major général. Tous ces hommes sont ici dans la citadelle. Faites-les réunir sans délai et qu'ils partent demain, à la pointe du jour, pour qu'avant midi ils soient reconnus et placés dans les compagnies : il n'y a rien de plus urgent que cela, ce régiment ne pouvant pas marcher avec les officiers ineptes qui s'y trouvent. Vous mettrez en pied les sous-lieutenants que je vous envoie et qui ont tous fait la guerre. Vous renverrez au dépôt d'Erfurt (et vous m'en remettrez la note) tous les capitaines qui n'auraient pas fait la guerre. Vous mettrez à la suite les sous-lieutenants et lieutenants qui seraient dans le même cas. Il est absurde d'avoir dans un régiment des capitaines qui n'ont pas fait la guerre. Ceux que vous renverrez au dépôt, on verra dans la campagne ce qu'on en fera ; mais, en attendant, le commandement sera dans la main des hommes que je vous envoie" (Correspondance de Napoléon, t. 25, 19914 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 34030).

Le même 27 avril 1813, l'Empereur écrit également, furieux, depuis Erfurt, au Général Clarke, Duc de Feltre, Ministre de la Guerre, à Paris : "Je viens de voir le 37e d'infanterie légère ; il est impossible de voir un plus beau corps en soldats, mais il est impossible en même temps d'en voir un plus mauvais en officiers. Si votre bureau avait pris à tâche de nommer les officiers les plus ineptes de France, il n'aurait pas mieux réussi : ces officiers sont la risée des soldats. Effectivement, ils sont tous tirés des bataillons coloniaux, du service hollandais ou de la garde nationale des Pyrénées et de l'Escaut ; la plupart des capitaines n'ont jamais vu le feu. Chaque jour ne fait qu'ajouter à mon mécontentement du travail de vos bureaux dans la partie la plus importante du service : l'organisation. Je désire que vous ne perdiez pas votre temps à vous occuper de police ; employez-le à l'organisation de l'armée. Je vais être obligé de destituer et de renvoyer tous ces officiers.
Vous m'envoyez aussi des jeunes gens qui sortent des collèges et qui n'ont pas été à l'école de Saint-Cyr, de manière qu'ils ne savent rien, et c'est dans de nouveaux régiments que vous les placez ! Il est impossible de plus mal servir que ne fait ce bureau de votre ministère. Je vous ai ordonné de mettre à la tête de ce bureau un officier général responsable ; je regarde cette fonction comme la principale de votre ministère, et c'est celle dont vous vous occupez le moins ...
" (Correspondance de Napoléon, t. 25, 19915 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 340325).

Puis, encore le 27 avril 1813 , l'Empereur écrit aussi, depuis Erfurt, au Maréchal Berthier, Major général de la Grande Armée : "Mon cousin, je vous ai remis un décret qui nomme des chefs de bataillon, capitaines, lieutenants et sous-lieutenants dans le 37e léger. Envoyez-le sur-le-champ au général Doucet, tous ces officiers étant ici dans la citadelle.
Transmettez-le également au duc de Raguse qui enverra un de ses aides de camp pour les réunir demain matin à cinq heures et les faire partir pour le 37e léger où le général Bonnet les fera reconnaitre et placer dans les compagnies
" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 340324).

Retour