Le 37e Régiment d'Infanterie légère

1813-1814

Accès à la liste des Officiers, cadres d'Etat major, Sous officiers et Soldats du 37e Léger

Avertissement et remerciements : L'idée de cet historique nous est venue suite à un contact avec l'Association pour la Valorisation du Patrimoine Baillargeois (Mairie – 16 Place de la Liberté, 86130 – Saint-Georges-lès-Baillargeaux) dont la Présidente nous a communiqué le fruit de ses recherches sur Louis Armand DUMONTIERS, inhumé à Saint-Georges-lès-Baillargeaux. Nous l'en remercions chaleureusement.

Le 7 février 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Général Clarke, Ministre de la Guerre : "Monsieur le duc de Peltre ... Je viens de créer un 37e régiment d'infanterie légère. Vous pouvez y nommer pour colonel le major du 58e que j'ai fait aujourd'hui colonel ...
Enfin il faut aussi ordonner à chacun de ces régiments de former leur musique
" (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 32648).

Le 13 février 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Général Clarke, Duc de Feltre, Ministre de la Guerre, à Paris : "Monsieur le Duc de Feltre, je vous envoie la formation que je crois devoir donner au 1er et au 2e corps d'observation du Rhin. Faites dresser les états de ces corps en conséquence.
Vous me ferez connaître l'époque précise où chaque régiment sera réuni à Mayence, et quand ces corps auront leur artillerie, leurs sapeurs et leurs officiers du génie. Vous y mettrez tous les généraux de division et de brigade et les adjudants commandants.
FORMATION DU 2e CORPS D'OBSERVATION DU RHIN ...
2e division.— Général Bonet : 4 bataillons du 37e léger, 10 bataillons de la marine ; total, 14 bataillons ...
" (Correspondance de Napoléon, t. 24, 19576 ; Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 32752).

Le 16 février 1813, l'Empereur écrit, depuis Paris, au Général Clarke, Ministre de la Guerre : "Monsieur le duc de Feltre, j'ai créé 24 nouveaux régiments : 22 des cohorte, le régiment de Paris et le 37e d'infanterie légère. Il est nécessaire que ces régiments qui aujourd'hui sont la principale ressource des armées d'Allemagne, aient leur dépôt sur la frontière du Rhin ..." (Correspondance générale de Napoléon, t.13, lettre 32792).

Retour