Le 1er Régiment d'infanterie de ligne du Royaume d'Italie

Avertissement et remerciements : Article de G. Centanni, que nous remercions vivement

 

Carte des Etats italiens en 1797
Carte des Etats italiens en 1797

L'histoire du 1er Régiment d'infanterie de ligne du Royaume italien commence bien avant la date officielle de sa naissance ; m;ais pour mieux comprendre ce qu'il s'est passé, une très brève référence aux faits antérieurs est nécessaire.

Avec le soutien des partisans italiens de la Révolution (appelés localement «Jacobins») le 10 avril 1796, les troupes françaises envahirent les territoires autrichiens du nord de l'Italie, occupant le Duché de Milan, celui de Mantoue et celui de Modène et Reggio, ainsi que les Légations de l'État papal de Ferrare et de Bologne.

Suite à ces événements militaires, de nouveaux États républicains autonomes sur le modèle français voient le jour dans la péninsule à partir de 1797. Dans les territoires du nord, à la suite des nombreux affrontements et des unifications ultérieures, la République Cispadane et la République Transpadane sont proclamées en 1796, et le 29 juin 1797, par la volonté de Napoléon lui-même, s'unissent en une République Cisalpine qui comprend l'actuelle Lombardie, l'Émilie et la Romagne, et a pour capitale Milan.

C'est dans ce contexte qu'est né le drapeau tricolore italien, qui a pris comme exemple le drapeau tricolore révolutionnaire français en adoptant les couleurs verte, blanche et rouge des insignes des Volontaires Lombards qui avaient rejoint l'armée française. La date du 29 juin 1797 a également été adoptée comme base de calcul de l'ancienneté des soldats de la République Cisalpine, qui devint plus tard la République italienne et plus tard le Royaume d'Italie.

Le 28 janvier 1799, la 1re Demi-brigade de Cisalpine est formée à partir des 1re et 3e Demi-brigades d'infanterie de Cispadane nouvellement nées, dont le commandement est confié au Général Severoli.

Filippo Severoli
Portrait de Filippo Severoli

Le 28 janvier 1805, la 1ère Demi-brigade d'infanterie cisalpine est transformée en 1er Régiment d'infanterie de ligne italien. Le 1er Régiment affronte en Italie, sous le commandement du Général Masséna, les Autrichiens de l'Archiduc Charles avant d'être envoyé en France, encadré dans la Division Teulié située à Bordeaux.

Bouton 1er de ligne italien Bouton 1er de Ligne italien
Boutons du 1er de Ligne italien

 

Drapeau 1er de ligne italien
Drapeau du 1er de Ligne italien

Après la paix de Presbourg, le 26 décembre 1805, le 1er Régiment est envoyé en Allemagne, faisant toujours partie de la Division Teulié; et dans les premiers jours de février 1806, il arriveà Berlin où sa direction est confiée au commandant Fontana. Tout au long de l'hiver, il participe à diverses batailles sur la côte contre les Britanniques et les Suédois à Cassel, Hambourg et Lübeck.

En février 1807, le Chef de Bataillon corse Olivier Antoine Costantin Peraldi est envoyé au siège de Colberg avec d'autres éléments italiens, où il peut se distinguer par ses actions. En avril de la même année, le Régiment est détaché à Szczecin tandis que du 15 au 20 août il participe au siège de Stralsund sous le commandement du Major corse Angelo Pietro Moroni.

Dans les premiers jours de décembre 1807, les troupes italiennes partent pour l'Italie, divisées en quatre colonnes, le long de la route Berlin-Leipzig-Innsbruk.

Grenadier 1er de ligne italien, 1807-1808 Voltigeurs 1er de Ligne italien 1807-1808
Officiers, Grenadiers et Voltigeurs du 1er de Ligne italien, d'après le Manuscrit Otto, 1807-1808

Le Régiment arrive sur le territoire du Royaume à la fin de janvier 1808 et le 28 février est accueilli à Milan avec des arcs de triomphe et des foules enthousiastes.

Le commandement est alors confié au Colonel Carlo Zucchi, et subordonné au Major Francesco Teodoro Arese Lucini.

Carlo Zucchi
Portrait de Carlo Zucchi (à gauche) et de Teodoro Arese Lucini (à droite)

Le 1er Régiment participe à la deuxième campagne contre l'Autriche, au sein de la Division Severoli. Après une première défaite à Sacile le 16 avril 1809, l'offensive reprend et les Autrichiens sont battus sur la Piave le 8 mai 1809.

Le 14 juin 1809, le Régiment participe à la bataille de Raab dans laquelle l'Archiduc Jean est vaincu ; et par la suite le Régiment est envoyé pour garder la place de Presburgo.

1er de ligne italien, 1811-1813
1er de Ligne italien, d'après Darbou et Boisselier, 1811-1813 (Collection C. Achard, avec son aimable autorisation)

Le 5 novembre 1810, est décrétée la création d'une Compagnie régimentaire d'Artillerie .

De retour en Lombardie, le Régiment est envoyé pour renforcer la Division Fontana en Espagne dont le commandement est confié au G énéral Payri. Il y restera jusqu'au milieu de 1813, avec plusieurs Bataillons, puis sera rapatrié.

Dans cette guerre d'Espagne, les Italiens se sont distingués par leur bravoure et l'accomplissement généreux de leur devoir, dans une guerre rendue encore plus difficile et plus lourde par les guérilleros déchaînés dans tout le pays. Les troupes italiennes ont payé de lourdes pertes pour leur abnégation, mais ont acquis une réputation de générosité et d'équité envers les prisonniers et la population, parmi les Espagnols et les Anglais.

À la fin de janvier 1811, une frégate anglaise s'empare d'un navire sur lequel se trouvent des Officiers et des soldats italiens rentrant dans leur patrie, ainsi que l'assistant du Général Domencio Pino avec les bagages du Général. Les Britanniques libèrent le navire avec ceux à bord, en reconnaissance du courage, de l'honneur et de l'humanité qu'ils ont toujours montré.

En 1812, le commandement du Régiment est attribué au Colonel promu Francesco Teodoro Arese Lucini, et à l'alternative Major Cirot qui vient du 3e Régiment d'infanterie de ligne. Les commandements des 4 bataillons ont ensuite été répartis comme suit : 1er Bataillon à Sercognani, 2e Batailon à Stanzani, 3e Bataillon à Reynaud, 4e Bataillon à Saccopetti.

Musicen 1er de Ligne italien 1812 Fusilier 1er de ligne italien, 1812
Musicien et Fusilier du 1er de Ligne italien, d'après H. Knötel, 1812

 

Plaque de shako 1er de ligne italien, modèle 1812
Plaque de shako du 1er de Ligne italien, modèle 1812, Musée de Saragosse

En février 1813, le Régiment, encadré dans la Division Peyri, est affecté à un Corps d'observation sur l'Adige sous le commandement du Maréchal français Bertrand.

Le 13 mars, le Corps d'observation se met en route pour l'Allemagne; il n'est pas arrivé à temps pour participer à la bataille de Lutzen, mais entre en action dans l'avancée ultérieure de la «Grande Armée» au-delà de l'Elbe.

Le 19 mai, le 1er Régiment, toujours encadré dans la Division Peyri, combat à Königswartha contre le Corps russe de Barclay de Tolly et le Corps prussien de Yorck, trois fois plus nombreux.

Le 21 mai, à la bataille de Bautzen, le 1er Régiment reste en réserve.

Après l'armistice conclu à Plesswitz (4 juin 1813), des troupes fraîches quittent l'Italie pour reconstituer la Division, désormais commandée par le Général Achille Fontanelli, décimée par des affrontements violents et répétés. Avec le rétablissement des malades et des blessés, les personnes présentes à l'été 1813 sont de 7 832 hommes.

Achille Fontanelli
Portrait de Achille Fontanelli

Le 16 septembre, le 1er Régiment est victorieux à Denneviwitz; pendant la bataille de Leipzig, il combat très honorablement, se distinguant surtout par sa loyauté envers l'Empereur, tandis que les troupes françaises et alliées font défection. L'Empereur apprécie beaucoup le comportement des Italiens et, recevant le Général Fontanelli, à l'occasion du départ des survivants pour l'Italie, il lui dit : «Les services rapportés reçus par les Italiens dans cette campagne m'ont rempli de joie. Leur fidélité intempestive, au milieu des nombreuses séductions utilisées par nos ennemis et les exemples perfides, leur conduite intrépide, la persévérance manifestée au milieu des revers, m'émeut sensiblement !».

Un peu plus tard, le 1er Régiment est envoyé à la Drava et par la suite à la Sava afin de se réunir avec le reste des troupes italiennes pour constituer une barrière aux troupes ennemies qui menacent la patrie, depuis la Bavière à travers le Tyrol; le Régiment se retire alors vers l'Adige pour éviter d'être pris par derrière par les Autrichiens.

Au début de 1814, la 1ère ligne est confiée à la Division Severoli pour bloquer le passage des forces de Joachim Murat, qui, suite à sa trahison, se trouve désormais aux côtés des ennemis de l'Empire.

Le 8 février 1814, la bataille de Roverbella se déroule sur le Mincio où 45 000 Autrichiens sont rejetés mais avec un prix très élevé en vies perdues.

Le 17 avril, les combats continuent à Reggio où le contingent italien repousse les troupes napolitaines et anglaises qui ont débarqué en Toscane et à l'embouchure du Pô.

L'espoir de préserver l'indépendance du Royaume désormais déchu d'Italie s'éteint finalement le 28 avril 1814, lorsque l'avant-garde autrichienne, commandée par le Général Neipperg, entreà Milan.

Le régiment est dissous et Officiers et soldats expriment leur douleur, leur attachement au Régiment et leur fierté d'avoir appartenu à ce dernier, en faisant fondre les aigles, brûler les drapeaux et en avalant les cendres dissoutes dans la soupe !

Ainsi disparaît le 1er Régiment d'infanterie de ligne, le premier à porter le nom d '«italien», le premier à avoir porté le drapeau tricolore blanc, rouge et vert comme emblême.

Retour